La citation du jour #17 du 30 avril 2018

 » Pourquoi j’ai poussé la porte ? J’ai eu tout le loisir de me poser la question. Quand on a tué, peut-être en veut-on davantage. Pas du sang, pardi ! C’est bon pour vos tueurs en série. Serial Killers, on dit, n’est-ce pas ? Ils sont à la mode. Entre nous, vous en avez rencontré beaucoup ? Ailleurs que sur les présentoirs des libraires, je précise. Là, ils sont bonne pâte, pliés en quatre pour coller à ce que vous en attendez : vous faire tourner les pages d’un roman tartignole. Du sans surprise. Calibré, vendu au poids. Gonflé de mauvaise encre comme on se fabrique du mauvais sang. Ce dont je vous entretiens, moi, c’est du crime terre à terre. Quotidien. La brève du journal, le fait divers petit. Vous l’expédiez, distrait. Vous ignorez qu’il ouvre une brèche et sur quoi elle donne : le désir terrible de savoir. De comprendre enfin quelque chose. Comment, à quoi ? Mais à nous et au monde ! Dans mes bons jours je me dis que c’est pour ça que j’ai poussé la porte. Mettons que je sois dans un jour favorable. »

(page 111)

Patrick Pécherot, Hével, Série noire, Gallimard, 2018, 208 pages, 18€

 

Résultat de recherche d'images pour "hével"

Publicités