Les calendres de l’avant 3 / 4 décembre 2022

Les Calendres de l’Avant sont le calendrier polar de bbb, chaque jour du 2 décembre au 25 décembre, bbb va vous proposer d’ouvrir une fenêtre sur une curiosité, une surprise, une photographie, une rareté. Et comme c’est bientôt Noël, parfois, le lecteur, la lectrice aura l’occasion de gagner… un livre. Pour ça, c’est facile, il faudra relever Le Défi du Jour et écrire à bbb. Quand vous verrez le gif d’une pile de livres qui chancèle, vous saurez que ce jour est alors le jour du défi et du cadeau. Il suffira de jouer, ben oui, pour gagner c’est plus pratique. Et si vous vous abonnez, non seulement vous aurez le post dès parution (pas toujours à la même heure pour brouiller les pistes) mais vous pourrez jouer « avant » les autres. Alors ? Qu’est-ce qu’on attend ? FB

Le chocolat du jour

Une lettre de Jean-Jacques (Reboux)

Elle pourrait porter pour titre Lettre d’un futur auteur qui galère pour être publié. Jean-Jacques est venu au festival en 1990 comme lauréat du concours de nouvelles (il était deuxième derrière un certain Michel Chevron qu’il publiera plus tard) et nous avions sympathisé. J’ai suivi ses déboires pour être publié, ses premiers pas avec l’autoédition (1992), encouragé Canaille, sa maison d’éditions, apprécié qu’il fut enfin reconnu chez Baleine (1995), récompensé trophéisé (Prix 813) en 1996 pour Le Massacre des Innoncents, soutenu Après la lune sa deuxième boîte (2006), à l’écoute de ses démélés judiciaires (2007, 2008, 2011), entendu ses coups de gueule (sur le délit d’outrage, avec Khadra), suivi L’Esprit Bénuchot, rapporté ses ZAD (2021), appris sa disparition un jour d’été (13 juillet 2021) dans les Landes par Olivier Thiébaut (qu’il a aussi publié) et à peine digéré sa disparition pour l’honorer le 29 octobre 2021, jour de son anniversaire, ici-même, ici-bas sur bbb, avec rappel cette année et exposition et débats à venir à la Bilipo en mars prochain.

Un auteur mort est un auteur qu’on ne lit plus.

Jean-Jacques est toujours vivant puisque vous le lisez. Écoutez-le rêver à son livre, nous sommes le 12 février 1991. Il a trente ans devant lui. Prenez-en de la graine car il n’y a pas de mauvaise herbe, il n’y a que de mauvais jardiniers disait Totor. Alors, à la prochaine Jean-Jacques. On a l’éternité devant nous.

François Braud