Bande-annonce, épisode 9

Carmen Posadas sera l’une deux deux invités polars (avec Pablo de Santis) du Festival Impressions d’Europe axé, cette année 2018, sur les littératures argentine et uruguayenne dont j’aurais l’honneur de modérer le débat. C’est à Nantes, au Grand T.

Le programme, c’est là :

PROGRIO_complet 3

Dring ! Dring ! Dring !

Bonjour, heu… j’appelle pour la Bande-annonce, c’est encore valable ? Bon, ben heu… alors, ça m’intéresse.

C’est un roman au teasing re-dou-ta-ble : « Ça te dirait, d’écouter l’histoire d’une criminelle ? ». (page 252), que l’on pourrait aussi résumer ainsi : « Dis, veux-tu écouter l’histoire d’un pure salope ? » ou « L’histoire d’un vilaine fille » (page 160) ou encore « Veux-tu que je te raconte l’histoire d’une pure salope, mon cœur ? » (page 252).

C’est un roman de tchatche : « C’est ainsi que les déracinés qui ont appris à parler dans l’intimité du cercle familial et non pas dans la rue, au travail ou à l’école, finissent par s’exprimer dans une langue dépassée en employant des tournures caduques, puisqu’ils ignorent les dernières-nées.» (page 18). « Tout dialogue n’est jamais qu’un monologue, on parle toujours seul, et, si l’on écoute l’autre, c’est uniquement dans l’espoir de pouvoir placer ensuite sa petite histoire. » (page 286) « Ce dont on ne parle pas n’existe pas, et un secret qui n’est jamais partagé finit par disparaître ». (page 372).

C’est un roman dans lequel on parle de romans : « En réalité, cela ne se produit jamais comme on le raconte dans les romans (je pense à ceux dans lesquels il se passe quelque chose, les autres, ceux dans lesquels rien n’arrive jamais, je ne les lis pas). » (page 183) « Dans les œuvres de fiction, rien n’est accessoire. Dans la vie, tout l’est ou presque. » (page 184) « Ne me dis pas qu’à toi aussi on a fait le coup de l’endroit discret que personne ne connaît à Madrid… […] À mon avis, tout ça commence dangereusement à ressembler à un roman d’Agatha Christie, et j’espère qu’il n’y aura pas de mort subiiite ! » (page 217) et des écrivains : « […] Il a si peu l’air d’un écrivain (qui s’intéresse à ces endives, à ces marginaux qui ont peur de monter dans un ascenseur, portent toujours des vêtements de sport savamment froissés et bâillent dès qu’il est question d’autre chose que de leur petite personne ?) » (page 220) « Les écrivains sont des gens bizarres, songe-t-elle ; mystérieux, toujours passionnants. » (page 261).

 C’est un roman haché, vé-ri-ta-ble-ment : « In-croy-able !» (page 217). « Il est ca-non. » (pages 215 et 220), « Faute ! J.P. ! Fau-te ! […] » (page 267), « […] mais si tu veux savoir ce qui est vé-ri-ta-ble-ment arrivé […] » (page 148), « […] les deux choses sont in-com-pa-ti-bles, surtout si on est asthmatique, parce que la moindre émotion vous bloque la respiration, c’est hor-ri-ble. » (page  49), « Antonio S. est peut-être quelqu’un d’important, de très intelligent, mais comme adversaire au golf, zé-ro. » (page 205), « […] ça s’appelle l’ins-pi-ra-tion. » (page 240).

C’est un roman dans lequel chacun a son petit nom : « Alvaromonmari », « mon chou ». (page 19), « mon cœur » (page 252), « M. Moulinex » (page 349), « m’sieu » (page 175), « Rafamolinet » (page 26)…

C’est un roman féministe : « Alvaromonmari est architecte paysagiste, je te laisse deviner à quel point nous sommes frappés par la crise. Puisque nous parlons argent, mon chou, je suis ce qu’on appelle une boniche de luxe […].» (page 19).

C’est un roman sans illusion : « Pourtant, du vivant de ce dernier, jamais on n’aurait pu concevoir deux êtres plus dissemblables, mais les années, beaucoup d’années avaient passé et, brusquement, il avait dû essuyer l’une de ces plaisanteries de mauvais goût que réserve la vieillesse : découvrir en lui tous les traits familiaux, tous, ceux de son père et ceux de sa mère, se chevauchant les uns les autres de la manière la plus éhontée. » (page 57).

C’est un roman de Carmen Posadas, publié chez Points Seuil (P1002).

Ça vaut 7€60€.

Y a 374 pages.

Cinq mouches bleues, bientôt dans votre bibliothèque !

C’était Jack NEVER, vous me tenez au courant, hein ?

Résultat de recherche d'images pour "cinq mouches bleues"

 

Publicités